PRONIER (Aurélien)

La prise en charge kinésithérapique du patient alcoolodépendant ou comment le kinésithérapeute, par ses techniques de contact, peut rétablir la communication entre le patient alcoolodépendant et son corps au profit de son image corporelle

mémoire présenté sous la direction de Jean-François STOFFEL en vue de l’obtention du titre de master en kinésithérapie. – Montignies-sur-Sambre : Haute école Charleroi-Europe ; Département de kinésithérapie, 2008. – 84 p., LVIII p.

Résumé

L’usage abusif de l’alcool peut conduire à un syndrome de dépen­dance alcoolique. Le patient alcoolodépendant présente de nombreux troubles somatiques et psychiques témoignant d’une problématique corporelle véritable avec notamment un mésusage de son corps et par conséquent une image du corps mal établie. Les thérapies à médiation corporelle que sont les thérapies de contact permettraient, par l’apport de sensations tactiles et environ­nementales contenantes, relaxantes et struc­turantes, de stimuler un corps abandonné par son propriétaire et de remodeler une représentation corporelle acceptable pour le sujet alcoolodépendant. Ainsi ces thérapies psycho-senso­rielles se basent sur l’utilisation physique, relationnelle et sym­bolique du corps pour permettre à ce dernier d’être de nouveau habitable par le psychisme. Le kinésithérapeute, dans un cadre psychiatrique notamment, a son rôle à jouer dans cette dyna­mique thérapeutique par ses connais­sances et sa pratique du corps.


Dessin de l'intérieur du corps selon un patient alcoolique