D'ANGELO (Tiziano)

Approche psychosociale de la douleur : étude de terrain menée auprès de patients lombalgiques chroniques au Rwanda : utilisation du photolangage et de l’entretien semi-directif comme techniques d’investigations

mémoire présenté sous la direction de Jean-François STOFFEL en vue de l’obtention du titre de master en kinésithérapie. – Montignies-sur-Sambre : Haute école Louvain-en-Hainaut, Département des traitements physiques, Section de kinésithérapie, 2015. – 73 p., xxiv.

Résumé

La douleur est un phénomène complexe, subjectif, soumis à de fortes variations liées à l'individu et à son environnement. Il existe dans la littérature d'innombrables approches d'évaluation de la douleur, qui s'avèrent bien souvent contradictoires. En effet, de nombreuses différences dans les protocoles expéri­men­taux sont observables, ainsi que dans les paramètres de la douleur (chaleur, froid, pression...).

L'objectif de ce mémoire est de mieux comprendre l'état psychologique et les manifestations de personnes souffrant de douleurs chroniques. A cet égard, une approche de la douleur par des méthodes verbales et plus subjectives a été entreprise. Afin que les résultats soient analysables, les discours recueillis ont été transformés en cotations.

Ce travail cherche à dégager des différences dans l'expression de la douleur au sein d'une population de 35 sujets diagnos­tiqué lombalgiques chroniques. L'étude a été réalisée au Rwanda, ce qui rend l'approche de la douleur encore plus parti­culière, car la culture et les services de soins sont com­plète­ment différents de ce que l'on rencontre au sein des pays occi­dentaux.

La douleur est donc abordée par le photolangage et l'entretien semi-directif. La première méthode vise à favoriser la libération de la parole ainsi que la communication par la présence physi­que de photographies. La seconde, elle, permet une approche interprétative sous la forme d'une conversation. Enfin, le tête-à-tête se clôture avec six questions à réponses fermées pour davantage cibler le thème de la douleur.

La méthode du photolangage a permis de mettre en évidence plusieurs états d'esprit face à la douleur, notamment la volonté des patients lombalgiques de récupérer leurs capacités le plus vite possible. L'entretien semi-directif fait ressortir que les personnes âgées expriment plus leur douleur que les jeunes. Le questionnaire à réponse fermées révèle une gêne plus pronon­cée à la douleur chez les pauvres qu'auprès des personnes plus aisées. La marche est l'action la plus perturbée par les dou­leurs.

Cette étude nous prouve une nouvelle fois que la douleur est une discipline dont l'objet est la subjectivité. Mesurer son caractère a pour simple but de faciliter la compréhension de ce phénomène, trop complexe pour être appréhendé directement.

Prix

Prix Iesca 2015 du meilleur mémoire bibliographique.


Une participante avec l'image choisie


La photographie choisie par une patiente pour évoquer ses douleurs lombaires