Le phénoménalisme problématique de Pierre Duhem

préface de Jean LADRIÈRE. – Bruxelles : Académie royale de Belgique, 2002. – 391 p. – (Mémoires de la Classe des lettres : collection in-8, 3e série, tome 27).

Présentation

Physicien théoricien, philosophe de la physique et historien des théo­ries physiques, le savant catholique français Pierre Duhem (1861-1916) a profondément marqué la pensée du vingtième siècle. Chacun connaît le Système du monde, dont les dix volu­mes ont contribué à la redécouverte de la science médiévale, et La théorie physique, qui a notamment donné lieu à la célèbre «thèse Duhem-Quine». Si Clio a donc gardé de Duhem le sou­venir d’un grand historien des sciences et d’un philosophe perspicace de la physique, lui-même cependant n’aspirait qu’à être reconnu comme physicien. Son œuvre est en effet traver­sée par un projet scientifique qui consiste à ordonner et à réunir les diverses branches de la physique sous l’égide de la thermo­dynamique dans le cadre d’une théorie représentative et non explicative du réel. C’est ce projet que Duhem a voulu réaliser dans ses publications scientifiques, exposer dans ses écrits philoso­phiques, et finalement cautionner par ses recherches historiques.

Cependant l’investissement toujours plus important de Duhem en histoire des sciences et la présence dans son œuvre de con­sidéra­tions apologétiques et d’écrits patriotiques peuvent don­ner à penser qu’il s’est progressivement détourné de ce projet primordial au profit d’autres préoccupations. De même, les tensions qui, à l’inté­rieur de ce projet scientifique, subsistent entre sa volonté unificatrice et sa revendication phénoménaliste peuvent conduire à une relativi­sation de cette dernière, conçue comme une demande contextuelle, passa­gère et finalement peu significative. Sans ignorer ces préoccu­pations historiques, religieuses ou patriotiques, sans négliger ce con­flit d’intérêt entre les deux parties constitutives du projet duhémien, cette étude entend tout d’abord réaffirmer que ce projet scientifique ne sera jamais ni abandonné, ni amputé.

Toutefois, dès lors que sont maintenues la permanence, la prio­rité et l’intégralité de ce projet, trois paradoxes surgissent im­médiatement. Si Duhem se voulait avant tout physicien et souhaitait être reconnu comme tel, par quelle extravagance de l’histoire est-il finalement connu pour ses recherches histori­ques et ses travaux philosophiques et non pour ce qui lui tenait le plus à cœur ? S’il ne voulait être qu’un illustre physicien, pourquoi s’est-il acharné, au retour du laboratoire, à exhumer de l’oubli les manuscrits et les théories scientifiques des au­teurs médiévaux ? Enfin, s’il voulait vraiment établir une physi­que qui soit unifiée, cohérente et parfaite, pourquoi se prive-t-il du réa­lisme et s’embarrasse-t-il du phénoménalisme ? Basée sur la corres­pondance inédite de Duhem, cette étude, centrée plus particu­liè­rement sur ce troisième paradoxe, contribue fina­lement à élucider chacun d’eux.

Contenu

Préface / par Jean LADRIERE (pp. 11-16). Introduction (pp. 17-21). Note préliminaire (pp. 23-27). 1re partie: Introduction. Chap. 1: L'homme (pp. 31-51). Chap. 2: L'œuvre (pp. 53-75). Chap. 3: La littérature (pp. 77-117). 2e partie: Exposé. Chap. 4: Emergence (pp. 121-198). Chap. 5: Permanence (pp. 199-275). Chap. 6: Paradoxes (pp. 277-283). 3e partie: Interprétation. Chap. 7: Unité (pp. 287-296). Chap. 8: Engagement (pp. 297-317). Chap. 9: Phénoménalisme (pp. 319-353). Conclusion (pp. 355-367). Bibliographie (pp. 369-380). 

Comptes rendus

A. BRENNER, Centaurus, vol. 47, 2005, n°1, pp. 81-82 ; Ph. CASPAR, Revue d’histoire ecclésiastique, vol. 101, 2006, n°1, pp. 330-337 ; A. GODDU, American Catholic Philosophical Quar­terly, vol. 79, 2005, n°2, pp. 353-356 ; B. HESPEL, Revue des questions scientifiques, vol. 175, 2004, n°2, pp. 210-211 ; J. LADRIÈRE – J. TAMINIAUX – M. RICHIR, Rapport des commis­saires, in Bulletin de la Classe des lettres et des sciences mo­rales et politiques, 6e série, vol. 12, 2001, n°1-6, pp. 227-232 ; J.-L. LÉONHARDT, Ar­chives de philosophie, vol. 67, 2004, n°1, pp. 131-134 ; R. MAIOCCHI, De l’importance du phénoména­lisme de Pierre Duhem : à propos d’un livre récent, in Revue philosophique de Louvain, vol. 102, 2004, n°3, pp. 505-512 ; G. POLIZZI, Nuncius, vol. 19, 2004, n°1, pp. 456-458 ; Fl. URFELS, Nouvelle revue théologique, vol. 128, 2006, n°1, pp. 159-160.

Télécharger le livre


Couverture