«Nulla unquam inter fidem et rationem
vera dissensio esse potest»

Paul Mansion et le programme de la Société scientifique de Bruxelles

Revue des Questions Scientifiques, vol. 191, 2020, n°3-4, pp. 311-368.

Résumé

Cet article se propose, de manière générale, d’étudier le positionnement idéologique de la Société scientifique de Bruxelles durant les quarante premières années de son existence grâce à la reconstitution explicite de son programme et, de manière spécifique, de situer ce positionnement au sein de l’alternative incarnée par le camp catholique des intransigeants et celui des progressistes. Pour atteindre cet objectif, il privilégie la devise de la Société et la figure de son deuxième Secrétaire, en l’occurrence Paul Mansion, en se basant prioritairement sur le corpus textuel constitué par les rapports annuels de celui-ci et par ceux de son prédécesseur, à savoir le R.P. Carbonnelle. En étant particulièrement attentif à identifier ce qui, suite notamment à l’injonction romaine de 1890, aurait pu différencier le mandat de Mansion de celui de Carbonnelle, il se propose de tester l’hypothèse selon laquelle cette différence résiderait non seulement dans une attitude désormais plus favorable à l’égard du néothomisme, mais encore dans le passage d’une apologétique intransigeante à une apologétique plus pondérée.

Abstract

This article proposes, firstly, a general study of the ideological positioning of the Société scientifique de Bruxelles during the first forty years of its existence by means of a detailed reconstruction of its programme, and, secondly, a specific account of its situation within the alternative represented by the Intransigent and Progressive Catholic camps. In order to achieve this objective, it favours the motto of the Société and the figure of its second Secretary, namely Paul Mansion, basing itself primarily on a corpus of texts consisting of his annual reports and those of his predecessor, Father Carbonnelle. While taking particular care in identifying that which, following the Roman injunction in 1890, might have differentiated Mansion’s mandate from Carbonnelle’s, it offers to test the hypothesis that this difference lies, not only in a more favourable attitude towards neo-Thomism, but also in the transition from an intransigent apologetics to a more balanced apologetics.

Mots-clefs

Annales de la Société scientifique de Bruxelles — Ignace Carbonnelle — Constitution Dei Filius — Paul Mansion — Revue des questions scientifiques — Science catholique — Science chrétienne — Science et religion.

Télécharger un extrait de l'article


Paul Mansion


Médaille de la Société scientifique de Bruxelles