De l’«ultradynamisme métaphysique» du père Ignace Carbonnelle sj au «thomisme élargi» de Pierre Duhem, l’évolution philosophique, sollicitée par Rome, de la Société scientifique de Bruxelles

dans Quatre siècles de présence jésuite à Bruxelles = Vier eeuwen jezuïeten te Brussel / sous la direction de Alain DENEEF et Xavier ROUSSEAUX. – Bruxelles : Éditions Prosopon, 2012. – pp. 590-603. – (Jesuitica).

Résumé

Le Père Ignace Carbonnelle, l'un des principaux fondateurs de la Société scientifique de Bruxelles en 1875 et son secrétaire gé­né­ral depuis cette époque, décède inopinément en 1889 après une quin­zaine d'années durant lesquelles il fut «l'homme fort» de ladite Société. Aussitôt, la Revue des questions scienti­fiques annonce la triste nouvelle, promettant, pour un prochain numé­ro, une étude détaillée de sa vie et de son œuvre. Elle ne pa­raîtra jamais, de sorte que sa mort ne fut pas saluée avec l'ampleur qu'on était en droit d'attendre. Et pour cause ! Au ter­me d'une enquête digne d'un roman policier, cette étude révèle que Rome, agacée par l'atomisme de Carbonnelle, profita de sa mort pour rappeler à l'ordre la Société en l'invitant à marcher dans les pas de l'Aquinate. En réponse à cette pressante invi­tation et par un excès de zèle non requis, la Société élut comme président le célèbre thomiste français Edmond Domet de Vor­ges, cependant que le mathématicien Paul Mansion s'attacha d'établir, à partir des publications de Pierre Duhem prônant un retour à une physique des qualités, que la Société se conformait bien, mais à sa manière, aux injonctions romaines.

Abstract

Fr. Ignace Carbonnelle, who founded the Brussels Scientific Society in 1875 and was from this date onwards her Secretary General, passed away suddenly in 1889, after fifteen years du­ring which he was the leading figure of the aforementioned Society. La Revue des questions scientifiques announced the sad news but promised that their next publication would include a detailed article on the great man and his works. Sadly this article never appeared, meaning that the passing of Fr. Carbon­nelle was not marked with the importance which we might have otherwise expected. For what reason, you may well ask? After a detailed investigation, worthy of Agatha Christie herself, it would appear that Rome had been rather alarmed by the “ato­mism” present in Fr. Carbonnelle's reflections, and had taken the opportunity of his death to invite the Scientific Society to opinions more in line with those of St Thomas. In response to this firmly worded invitation, and with overzealous spontaneity, the Society elected the celebrated French Thomiste Edmond Domet de Vorges as their new President. At the same time the mathematician Paul Mansion relied on the publications of Pier­re Duhem, which advocated a stronger adhesion to a physics of an object's qualities, to establish that the Society was, in fact, well aligned with the desires of Rome.

Mots-clefs

Pierre Duhem – Ignace Carbonnelle – Thomas d'Aquin – Paul Mansion – Société scientifique de Bruxelles – Revue des ques­tions scientifiques

Télécharger l'article


  Ignace Carbonnelle


Médaille de la Société


Quatre siècles de présence jésuite à Bruxelles